Flash

Sacré Champion d’Europe avec le Real de Madrid puis avec le Portugal et Ballon d’or 2016 pour la 4ème fois, Cristiano Ronaldo ajoute à sa collection le trophée The Best - Joueur de la FIFA ce lundi 9 janvier 2017. Les autres têtes couronnées de la Soirée sont : Carli Lloyd (États-Unis) : Joueuse FIFA, Claudio Ranieri (Leicester) : Coach FIFA, Silvia Neid (Allemagne) : Coach féminine FIFA

La campagne électorale pour les législatives, 7ème mandature démarrée depuis le 10 avril dernier prend fin ce jour.

Pendant deux semaines tout entières, le petit hameau a été mouvementé. Les formations politiques, toutes tailles confondues, sont allées à la conquête de l’électorat pour quérir ses suffrages. Outre les stratégies développées pour ce faire, il y a eu des moyens qui sont déployés ; moyens humains bien sûr, moyens financiers et matériels. Mais aujourd’hui, fini le tintamarre des vuvuzela et autres instruments à sons. Cette campagne bien colorée et agrémentée, assaisonnée aux épices des arguments prend allègrement fin, au bonheur de certains, et au désagrément d’autres. Mais c’est le peuple, de plus en plus mature qui en sort grandi. Cependant, le scrutin continue et entre dans sa dernière phase, celle comprenant le vote proprement dit, le dépouillement des voix et la proclamation des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle. Et ce sera la boucle.

Il faut déjà se féliciter de l’issue heureuse de cette phase soldée par une note de satisfaction générale. Cela est à mettre à l’actif de notre démocratie. Mais pour y arriver, le parcours a été particulièrement éprouvant, aussi bien pour les acteurs directs que pour toute la communauté béninoise. Le doute, à un moment ou à un autre, s’est emparé de tous. La gestion du processus dans son ensemble, est truffée de haut et de bas. Les institutions chargées de nous y conduire ont fait du leur, se faisant désirer à la limite. Mais Dieu merci, nous y voilà enfin !

La campagne est intervenue dans un climat chargé d’incertitudes. Cependant, les formations politiques engagées ont réussi à sillonner tous les compartiments du territoire, chacun se contentant malheureusement de sa zone d’influence. Quoiqu’on dise, la loi faisant obligation à chaque parti ou alliance de partis de couvrir tout le territoire en présentant des candidats dans toutes les circonscriptions définies, soit vingt-quatre (24) au total, ne peut être respectée à la lettre. Il est de notoriété que chacun s’engageant, sait quelle est l’étendue réelle de son influence. C’est même fastidieux voire dispendieux de demander que nos formations politiques dans leur forme actuelle, puissent assurer avec équité la couverture intégrale avec la même ferveur et énergie, tout le Bénin. Intelligemment, chacun a choisi de se concentrer sur sa zone d’influence, en vue de maximiser ses chances.

C’est ainsi qu’il a été observé que l’alliance  Soleil par exemple, a été très active dans les 1ère et 2ème circonscriptions, pendant que d’autres alliances et partis engagés y ont été quasi absents. Il est vrai, il en est qui ont pu s’affranchir des limites de leurs leaders pour s’affirmer ailleurs. C’est le cas des (Forces cauris pour un Bénin émergent) FCBE, de l’UN (Union fait la Nation), etc.

Que l’on soit présent partout ou dans un secteur donné, le baromètre sera le même. Tous subiront la même loi et le mode de calcul qui permette d’élire un député à l’Assemblée nationale sera unique et uniforme.

Pour le moment, les candidats ont encore une marge de manœuvre, car le processus continue et se poursuit. Une autre stratégie est mise en branle dès lors que la campagne prend officiellement fin ; cette stratégie s’appelle le porte-à-porte. Ce que d’autres ont voulu caricaturer en parlant de fenêtre à fenêtre. A cette étape ultime et décisive, le langage change et devient plus sérieux. Les moyens utilisés sont corsés et diversifiés. La méthode est plutôt discrète. L’argent, en ce moment, circule avec facilité et aisance sur des mains expertes et agiles. Les dons liants tombent « miraculeusement » dans des maisons, sur des portes bien ciblées. L’objectif est de convaincre davantage, de s’assurer le suffrage de X et Y.

Au finish, c’est « le meilleur ou le mieux disant qui gagne ».

 

 

Encore des inquiétudes !!! 

 

Un jour nous sépare du vote devant consacrer l’élection des députés de la 7ème mandature. Mais depuis, la CENA semble toujours chercher ses marques ; le matériel, qu’il soit lourd ou sensible, n’est pas convoyé sur les lieux du vote.

 

Apparemment, tout le matériel devant servir le jour du vote n’est pas encore réceptionné à la Commission Electorale nationale Autonome-CENA. Urnes, isoloirs, scellés, cachets… autrefois utilisés lors des élections passées sont soit dégradés, soit complètement hors d’usage, laissés aux intempéries. Ceux qu’on peut encore récupérer ne suffisent d’ailleurs pas pour couvrir les besoins actuels. C’est la raison pour laquelle une mission du système des Nations-Unies en mission au Bénin, avait promis d’accompagner le processus actuel en apportant du matériel à utiliser lors des présentes élections. Selon les informations données par l’institution elle-même, une partie seulement de ce matériel attendu a été réceptionné, à savoir des scellés, les cachets et l’encre indélébile. Il y a un complément qui est attendu de ce partenaire qui accompagne toujours le Bénin dans ses échéances électorales. C’est d’ailleurs lui qui avait financé la réalisation de notre LEPI (Liste électorale permanente informatisée) depuis 2011.

En dehors des cartes d’électeurs en cours de distribution sur tout le territoire, aucun matériel surtout sensible n’est encore convoyé dans les départements. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il y a une partie du matériel disponible au siège de la CENA mais dont on ne dit pas quand est-ce qu’il sera envoyé sur le terrain.

A deux jours du vote, il est à craindre que la CENA parvienne à véritablement couvrir toute l’étendue du territoire en temps réel, pour permettre que l’opération du vote se déroule sans anicroche. Il est vrai, elle fait diligence quant aux autres dispositions à prendre pour permettre que le scrutin s’achève dans de très bonnes conditions. Mais pour ce qui concerne le matériel dont une partie n’est toujours pas réceptionnée, il y a matière à incertitudes. Car la mobilisation des moyens de locomotion pour permettre que les choses arrivent très vite et bien à destination n’est pas chose aisée. Il faut aussi compter avec les éventuels entêtements de certains prestataires, sans oublier les intempéries et autres inconvénients. La répartition du matériel est une autre paire de manche. Trop de choses en même pour la seule CENA, il y a matière à s’inquiéter pour l’issue de ces élections législatives.

De toutes les façons, la machine est suffisamment avancée et il serait inconcevable qu’à cette étape fatidique du scrutin, l’on déplore des ratés qui risquent de se déteindre négativement sur la qualité de ces élections. Qu’on y veille scrupuleusement !!!

 

 

Me Arthur S. C. BALLE, le candidat d’exception

Journaliste et Avocat de formation, Me Arthur S. C. BALLE est une de ces personnes ressources dont les talents, l’éthique et la probité morale suffisent à convaincre. A convaincre qu’il y a, au Bénin, des compétences, des cadres qui entendent donner un contenu novateur au concept de la gouvernance de développement dont il est un ardent défenseur.

 

Pour avoir investigué en sa qualité de journaliste, défendu des centaines et des centaines de dossiers dont beaucoup de cas de Béninois modestes, Me Arthur S. C. BALLE connait bien le Béninois et sait ce qu’il faut à son pays pour se hisser au rang des grandes nations développées de l’Afrique. Produit de deux fonctions d’investigation, ce citoyen intègre a toutes les raisons pour se sentir bien proche du peuple dont il connait les desiderata.

A chaque candidat, son programme en harmonie avec la ligne de conduite et la philosophie de son parti ou alliance de parti. En conformité avec cette lecture de l’éthique et de la loyauté, Me Arthur S. C. BALLE, tête de liste de l’Alliance ABT dans la 9ème circonscription électorale est le candidat d’exception. A ce titre, il entend, une fois à l’Assemblée nationale innover. Il s’agira pour lui, entre plusieurs choix, de batailler pour faire rétablir les grands équilibres macro-économiques, de permettre au Bénin de prendre sa place dans le processus économique de la sous-région ouest africaine, d’impulser une gouvernance du résultat, … de mettre en œuvre un mécanisme pour faciliter l’auto-emploi. Avec ses pairs de l’Alliance ABT, il va à la conquête de l’Assemblée nationale pour faire voir et faire toucher du doigt, comment l’Alliance à laquelle il appartient, va travailler à un Bénin en phase avec son époque.

C’est justement ce qu’il a développé tout le temps que sa campagne a duré. Au cours de sa campagne, l’ancien Bâtonnier qui, en sa qualité de grand observateur de l’environnement sociopolitique du Bénin a compris combien de fois il est, important de privilégier une permanence du député pour animer le dialogue démocratique continu entre l’élu et les électeurs. Il défend également un des principes qui lui est cher, celui de faire des propositions de loi pour régler des problèmes essentiels dont souffre une bonne majorité de Béninois. Entre autres, les principales propositions de loi se rapporteront au règlement de la question de la transhumance, de la sécurité face à la montée de l’intégrisme et du terrorisme, au règlement des conflits domaniaux et de la préoccupation essentielle de l’auto emploi. Ce qui permettra de réduire le nombre de chômeurs.

Les nombreuses expériences acquises au cours de sa carrière lui permettent de représenter valablement le peuple en apportant et en insufflant du sang neuf à une Assemblée nationale qui en a grand besoin. Il faut relever les débats d’idées, avoir des idées novatrices et être un acteur de développement au vrai sens du mot. Finie la génération des députés amorphes et oui pour les députés de la nouvelle génération, des députés qui savent ce qu’ils veulent : travailler pour construire leur pays et pour satisfaire au mieux les attentes des populations dans le cadre d’une prospérité partagée au vrai sens. Aussi, faut-il voter utile en portant le choix sur un homme comme le candidat et tête de liste de la 9ème circonscription électorale : Me Arthur S. C. BALLE, le défenseur du concept de la gouvernance de développement.

 

Les frères AKOUAKOU, étoiles de la 5e

« Votre présence à l’Assemblée nous rassure et nous comble de joie ». Cette phrase à elle trahit tout le bien que les populations Tori  pensent des frères jumeaux  en qui, ils fondent un grand espoir.

Rogatien et Donatien AKOUAKOU deux frères jumeaux, candidats, tête de liste et suppléant dans la 5ème circonscription électorale. Cela n’arrive pas souvent. Et c’est bien la preuve que, l’Assemblée nationale du Bénin a besoin d’hommes neufs pour l’animer.  Deux jeunes opérateurs économiques au service du développement du Bénin, leur pays mais avant tout, au service de leurs électeurs et du peuple tout entier. Leurs idées à travers leur programme de campagne ont séduit et fait se déplacer les populations sorties en grand nombre pour écouter, apprécier et, apporter et leur accorder enfin, leur soutien et leur adhésion. Promoteurs du développement socioculturel et développeurs tout simplement, ils entendent être les dignes représentants des Tori, une ethnie qui a une place importante dans l’histoire du Bénin.  L’aire Tori, c’est aussi le développement de l’agriculture, volet sur lequel, ils entendent bien se prononcer une fois à l’hémicycle pour le sortir de sa léthargie.  

 

 

Atao HINNOUHO, le meilleur représentant de la 15e circonscription

« Je suis au service du peuple et si je suis député, c’est pour être au service des autres et non pour moi-même », ainsi réagissait Mohamed ATAO HINNOUHO, aux interrogations des gens curieux venus à sa rencontre lors de sa descente dans les arrondissements de la 15ème circonscription électorale. De Dantokpa à Avotrou, c’est la liesse qui a témoigné au jeune, dynamique et intrépide candidat, porte-parole de la jeunesse. Il incarne aux yeux de la population, amour et partage. Son incessante et incommensurable assistance est justificative de sa disponibilité et son écoute des complaintes et de la misère ambiante.

« Tout ce que vous savez de moi en bien, sera multiplié », promet ATAO HINNOUHO. Il est vrai, ce candidat est une exception ; il n’a pas attendu ces moments de grande mobilisation avant de répondre aux sollicitations de sa population, qui, assurément, a fait l’expérience de sa générosité de mille manières. Très inspiré et guidé par l’esprit saint, il qualifie la position qu’occupe son logo sur la fiche électorale de symbolique : le Père, le Fils et le Saint Esprit, c’est-à-dire la troisième position. Sa sortie est un rappel à la population qui ne saurait oublier le « bien fait qui n’est jamais perdu ». Dieu a même dit dans le livre saint que «  lorsque j’avais faim, tu m’as donné à manger et lorsque j’avais froid, tu m’as habillé ». C’est ce témoignage que toute la quinzième mobilisée et engagée derrière le candidat Mohamed ATAO HINNOUHO lui apportera ce 26 avril. « Nous ne répondrons pas aux attaques et aux provocations. Notre réponse se traduira dans les urnes le dimanche prochain », a confié le porte-parole des électeurs du ressort de la 15.

 

 

Abdou NOUHOU dit « Baba » suscite l’adhésion populaire dans la 18ème

Tête de liste pour le compte de UDC Nounagnon dans cette circonscription électorale, « Baba» y  a clarifié sa position et affirmé la force de son caractère. C’est au cours d’une caravane essentiellement dominée par les femmes de Lokossa et environs que Nouhou a levé le doute qui habitait les populations quant à sa réelle position. Des langues l’avaient donné militant confirmé des FCBE. Mais par presse interposée et par multiples actions, le candidat UDC Nounagnon a pu délivrer la population qui, enfin est située sur le choix fait par  cet opérateur et bienfaiteur. Les actions sociales qui accroissent sa côte de popularité dans la zone témoignent de la capacité de l’homme à pouvoir défendre les intérêts des populations. « C’est toi qui nous comprends qui peux nous représenter valablement à l’hémicycle », ont répété à satiété les femmes venues nombreuses traduire leur engagement aux côtés de celui qui incarne leur volonté. Son départ des FCBE n’a nullement entamé son influence et sa notoriété. Le traitement qu’on lui faisait et qui constitue aujourd’hui le motif essentiel de sa désaffection de la famille Cauris est considéré par ses admirateurs comme une injustice. C’est pourquoi ils sont décidés non seulement à lui exprimer leur fidélité mais aussi à lui apporter le soutien nécessaire pour son élection aux présentes législatives. Tout ceci est manifeste à travers chants et danses de la grande mobilisation faite autour du candidat à Lokossa qui a accueilli les manifestations de son géant meeting dont les effets resteront encore.

 

 

NAGO soutient le porte-étendard de son alliance dans la 20ième Circonscription électorale

"Me Hélène AHOLOU KEKE, brave fille d'Avrankou mérite d'être renvoyée à l'Assemblée Nationale. Le Pays a besoin d'elle, Avrankou a besoin d'elle, le Parlement a encore besoin d'elle". Telle la suggestion forte et sincère faite aux électeurs de cette circonscription et qui a valu le déplacement à Avrankou du coordinateur national de l'alliance FDU: Forces Démocratiques Unies, le Professeur Mathurin Coffi NAGO. A en croire le candidat tête de liste FDU dans la 18ième, les valeurs de courage, de travail et d'engagement républicain de Me Hélène AHOLLOU KEKE ont sauvé le Bénin d'une réelle tentative de révision d la Constitution. NAGO recommande sans ambages son alliée aux électeurs pour des traits de caractère qu'il partage avec sa collègue députée. Me Hélène AHOLOU KEKE et ses nombreux soutiens ont accueilli en grande pompe leur hôte et reçu avec attention son témoignage. Celui-ci ne vise qu'une seule chose voter la liste FDU pour sauver la démocratie et empêcher une révision opportuniste de la loi fondamentale du Pays contrairement aux vœux des fcbe explique-t-il. Poursuivant son speech en français puis en langue nationale fon le Professeur Mathurin Coffi NAGO a affirmé que les représailles du pouvoir de Boni YAYI contre sa colistière et lui-même n'ont qu'une seule source: leur refus à cautionner une entreprise dangereuse de révision opportuniste de la Constitution du 11 décembre 1990. "Voter FDU c'est sauver la démocratie" a-t-il démontré avant de recommander le choix de Me Hélène AHOLOU KEKE. Au cours d'un géant meeting le Président Mathurin Coffi NAGO organisé ce jeudi 23 avril 2015 au stade municipal d'Avrankou, a mis en exergue les qualités de femme de poigne, de travailleuse et surtout de courage de sa présidente de la commission des lois 5ièm et 6ièm législature. Candidate tête dans la 20ième circonscription: Avrankou-Missérété-Adjohoun-Bonou-Dangbo, Hélène AHOLOU KEKE a eu un accompagnement massif des populations venues des cinq communes.

 

Réalisation

Félix MAHOUGNON, Kolawolé Maxime SANNY & Josaphat FINOGBE

Ajouter un Commentaire


DG du quotidien LE CONFRERE DE LA MATINEE

A la une

Radio en ligne

logo soleil

 

581630 373700276008832 1256610700 n

 

Cliquez pour écouter en direct

Nos partenaires

   
 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rejoingnez nous sur facebook

Compteur de visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
434
Hier :
1408
Semaine :
9527
Mois :
23907
Total :
1055012
Il y a 16 utilisateurs en ligne
-
16 invités